Thierry Bauffe, directeur-gérant de la Société de Logement de Service Public Lysco


image Thierry_originale.jpg (1.0MB)
Dans quel cadre s’est opérée votre collaboration avec une entreprise de l’économie sociale et solidaire ?

Les travaux actuellement en cours sur Comines et Le Bizet s’inscrivent dans le cadre du programme PIVERT II de la Wallonie axé sur la rénovation énergétique du logement public. Une des spécificités de ce programme est d’encourager l’intégration de clauses sociales dans les marchés. Il devait s’agir ici, au départ, d’une clause sociale de formation.

Devait s’agir ? Cela ne s’est pas passé comme prévu ?

Pas tout à fait. En vertu de cette clause sociale de formation, l’entreprise adjudicataire - dans le cas présent la société CBD - devait mener des actions de formation professionnelle. Face aux difficultés que cela posait, nous avons eu l’opportunité de plutôt nous orienter vers une clause sociale flexible. CBD a donc fait appel, pour une partie des travaux à réaliser, à une entreprise issue de l’économie sociale et solidaire. En l’occurrence, l’entreprise de travail adapté Alteria de Colfontaine.

Pour quel type de tâches le personnel d’Alteria intervient-il ?

L’intervention des travailleurs porte sur l’enlèvement et la remise des descentes d’eau et des garde-corps, le réajustement des appuis de fenêtres, … Toute une série de travaux en amont et en aval de l’installation des panneaux isolants.

Etes-vous satisfait de cette collaboration ?

Tout à fait ! Il y a un très bon suivi sur chantier. Les travailleurs sont autonomes et savent parfaitement se débrouiller. Ceux-ci disposent déjà des compétences requises mais un accident de parcours ne leur donne plus la possibilité de travailler dans le privé (ndlr : nous précise Hans Malfoy de la société CBD présent lors de l’interview).